Sans titre, 2014

Il s’agit d’une copie à l’identique de mon trousseau de clefs de Gaza en verre. Ce projet s’inscrit dans la lignée d’une série de projets élaborés à partir de juin 2006, date à laquelle j’ai quitté Gaza sans pouvoir y retourner. Parmi ces travaux, Suspended time (2006): sablier installé à l’horizontal, L’homme ne vit pas seulement de pain (2007) : moulage de l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans du chocolat suisse… Le même texte a été gravé dans du savon de Marseille : L’homme ne vit pas seulement de pain #2 (2012-2013). 

Ces projets n’expriment pas seulement la frustration ressentie face à cette itinérance contrainte, mais ils révèlent aussi, de par l’immobilisation subie au quotidien par les Palestiniens, l’impossibilité de maîtriser et de façonner l’espace et le temps. Cette dépossession personnelle du chez-soi fait écho à la dépossession collective de la terre en 1948, date depuis laquelle les Palestiniens, dans l’espoir d’un retour, ont conservé les clés de leurs maisons (Sans titre, 1997, empreintes de clefs rouillées sur toiles roulées).